Writing 070 Read Count : 20

Category : Poems

Sub Category : N/A
Je suis revenu avec le même Amour qu'autrefois.
Et je t'attends au bords de cette rue.
Viendras-tu ?
Viendras-tu ? Ange du diable
T'accaparer de mon cœur venimeux
Viendras-tu ? Esprit impitoyable
Ou me laisseras-tu à jamais malheureux ?
Je miroite ton odeur dans le sardis
Où es-tu passé depuis cette fameuse nuit ?
Pourquoi t'oublier est si amer ?
Que se passe-t-il ? Que m'as-tu fait ?
Je suis possèdé par ce désire âpre
Une envie austère de t'aimer sans raison et de me retrouver dans un sale état.
Je me demande si je suis envoûté
Est ce l'amour ou un éclair meurtrier ?
Quel est ce goût mielleux ?
Te regarder est tellement appétissant
Que je m'extasie sans le savoir.
Je meurs un instant
Et tu me réscussites avec ta voix.
Clarté opaque, amour toxique entre nous.
Mais pourtant de toi je suis fou.
Alors viendras-tu au point de rendez-vous ?
Ou me planteras-tu comme tu le fais toujours ?

Même rire, même peau
Même voix, même tête, même chapeau.
Je viens de demain, douce peau
Rien qu'en t'appelant comme ça, je deviens tout beau.
Je te dirai tu me plaîs, je te ferai les yeux doux
Je te séduirai dans mon palais, je te demanderai d'être mon épouse.
Et toi tu diras je ne suis pas une fille facile.
Tu feras semblant de dire non, et l'instant d'après, tu penseras à moi dans ton lit.
Je parlerai de toi à mes proches, à mes potes.
Je leur dirai que j'ai trouvé ma compagne, ma côte.
Ils me dissuaderont de t'épouser, que tu sers Lucifer.
Je leur dirai, c'est pas nécessaire, que je t'aime à l'envers.
Je causerai  du tort à mon corps et mon sort sera la mort, même ma conscience me mettra dehors. Et ça ne me dira rien parce que je t'aime en or.
Alors viendras-tu en ces lieux ?
Ou me laisseras-tu errer dans ces banlieues ?

J'ai allumé une flamme pour t'attendre
Et dans cette flamme s'pparait une face sans attendre.
Est ce un avant goût, ou un mirage ?
Est ce un rêve, ou ton image ?
Flamme, femme, comment pourrais je t'appeler ?
Jaune et bleue, de mon oxygène je t'ai attisé.
Oh ! Étincelles d'un feu embryonnaire.
Moitié morte, moitié vivante, ensevelie dans un coma extraordinaire.
Autour de toi je me sens chaud, j'ai la flemme.
Autour de toi je deviens puceau, tu devient ma femme.
Je t'ai tellement dévorée du regard que je t'idolatre
Au point de contempler ta froide chaleur dans mon âtre.
Je t'ai savouré durant cette nuit glaciale.
Je le ferai encore, encore et encore jusqu'à ce que tu viennes.
Jusqu'à ce que je m'envole dans mon sommeil.
Me rejoindras-tu dans mon royaume ?
Ou laisseras-tu me perdre dans ce monde polychrome ?

Pascal Gandonou

Comments

  • May 21, 2021

Log Out?

Are you sure you want to log out?