S1E1- Ironie Du Sort Read Count : 19

Category : Scripts

Sub Category : Movies
Banlieue de Wisteria Lane. La camera s'avance sur la maison des Young ou Mary Alice en sors

➔ Je m'appelle Mary Alice Young. Dans le journal d'aujourd'hui, vous lirez un article sur l'étrange journée que j'ai passé la semaine dernière. D'habitude, ma vie ne présente pas grand intérêt mais tout à changé jeudi dernier. Au départ, c'était une journée ordinaire. J'ai servi le petit déjeuner. J'ai fait le ménage. J'ai achevé mes ouvrages. J'ai fait mes courses. Une journée, comme toutes les autres. J'ai entrepris mes tâches pour que tout brille de perfection. D'où le choc, lorsque j'ai ouvert le placard pour en sortir un révolver qui n'avais encore jamais servi 

Mary Alice tend le pistolet sur sa tempe et presse la détente

➔ Mon corps fut trouvé par ma voisine, Mme Martha Huber, surprise par un bruit sec. Piquée de curiosité, Mme Huber se mit en quête d'un prétexte pour passer à l'improviste 

Martha prend dans son armoir un mixeur ou est écris sur une étiquette "Propriété de Mary Alice Young"

➔ Après une brève hésitation, elle a décidé de me rapporter le mixeur emprunté six mois avant 

Martha sonne chez les Young, voyant aucune réponse, elle décide de passer par le jardin. Elle regarde par une fenêtre et vois le corps sans vie de Mary Alice sur le sol. Elle se met à hurler et cours chez elle et appelle un hôpital

➢ Ma voisine, on lui a tiré dessus. Il y a du sang partout ! Envoyez une ambulance sur le champ !

➔ Mme Huber est restée un instant figée dans sa cuisine, bouleversée par cette tragédie insensée. Mais un instant seulement 

Martha regarde le mixeur, retire l'étiquette appartenant à Mary Alice et le place dans un placard

➔ Mme Huber avait la réputation de savoir prendre les choses du bon côté 

----- ----- -----

Quartier de Wisteria Lane - jour

➔ On me mit en terre un lundi. Après les funérailles, les habitants de Wisteria Lane vinrent présenter leurs condoléances. Et, comme on fait dans ces cas-là, ils apportèrent à manger. Lynette Scavo apporta du poulet frit. Elle avait une succulente recette de famille. Quand elle gravissait les échelons de sa société, elle n'avait guère le temps de cuisiner. Mais lorsqu'elle tomba enceinte, son mari, Tom, eut une idée. "Si tu demissionnais ? Les enfants ont besoin de leurs mère et ce serait moins stressant". Mais il se trompait. En réalité, Lynette était tellement débordé qu'elle achetais son poulet frit tout prêt. Ça l'aurait fait rire si elle y avait songé. Mais elle n'en avait pas le temps 

Lynette vois ses enfant se chamailler 

➢ Arrêtez ! 

➢ Mais maman ! 

➢ Vous allez être sages aujourd'hui. Vous ne me ferez pas honte devant tous les quartier. Et je ne plaisante pas 

Elle sort un morceau de papier 

➢ C'est quoi ? 

➢ Le numéro de portable du Père Noël 

➢ Tu l'as eu où ? 

➢ Un de mes amis a un ami qui connaît un lutin. Si l'un de vous faites une bêtises, je lui dis d'apporter des chaussettes pour Noël. C'est ce que vous voulez ? 

Ils proteste en la regardant 

➢ D'accord. Finissons-en 

➔ Gabrielle Solis, du bout de la rue, apporta une paella pimentée. De sa vie de mannequin à New-York, elle avait gardé un goût prononcé pour les plats et les portefeuilles garnis. Carlos est spécialisé dans le rachat d'entreprise, demanda sa main au troisième rendez-vous. Gabrielle fut émue en voyant ses yeux s'embuer, mais compris vite que ça arrivait chaque fois qu'il signait un gros contrat. Gabrielle mangeait sa paella chaude et épicé, mais avec son mari, l'ambiance était bien plus froide 

Carlos et Gabrielle marchent en direction de la maison des Young

➢ Si tu parles à Al Mason, dis-lui combien m'a coûté ton collier

➢ Je porterais le reçu en broche

➢ Il m'a dit le prix de sa décapotable. Tu le caseras

➢ C'est impossible

➢ Pourquoi ? Chez les Donahue, même si on parlait finances, tu as placé que tu t'étais tapé la moitié des Yankees

➢ C'était dans le feu de la discussion

➢ On attire l'attention, parle moins fort

➢ Personne ne doit douter de notre bonheur conjugal

➔ Bree Van de Kamp, la voisine d'à côté, apporta des muffins qu'elle avait faits elle-même. Bree était une excellente cuisinière. Elle confectionnait ses vêtements. Elle jardinait. Elle retapissait ses fauteuils. Les talents de Bree étaient connus et reconnus. Tout Wisteria Lane voyait en elle la parfaite épouse et mère. Tout Wisteria Lane, sauf sa propre famille 

La famille Van de Kamp s'approche de Zachary et Paul Young

➢ Paul, Zachary

➢ Bonjour, Mme Van de Kamp

➢ Bree, il ne fallait pas

➢ Ce n'est rien. Le panier au ruban rouge, c'est pour les invités. Le ruban bleu, c'est pour Zachary et toi. Il contient des petits pains pour le petit déjeuner

➢ Merci

➢ Il vous faut un vrai repas demain matin. Vous devez être fou de chagrins

➢ En effet

➢ Vous penserez à me rendre les paniers

➢ Bien sur

➔ Susan Mayer, qui habite en face, apporta un gratin de macaronis. Son mari, Karl, avait toujours dit en se moquant qu'elle ne savait rien cuisiner d'autre, mais le ratait quand même. Il etait trop salé le soir de leur emménagement. Trop liquide le soir ou elle a vu du rouge à lèvres sur sa chemise. Brûlé le soir ou Karl lui a dit qu'il la quittait pour sa secrétaire. Ils étaient divorcés depuis un an. Susan se disait qu'elle aimerait avoir un homme dans sa vie. Même s'il se moquait de sa cuisine 

Susan et Julie marchent en direction de la maison des Young

➢ Maman, pourquoi les gens se suicident ?

➢ Parfois, on est si malheureux qu'on ne voit pas d'autre issue

➢ Mais Mme Young semblait heureuse

➢ Parfois, on donne une image très différente de ce qu'on est vraiment

➢ Comme la copine de papa qui a l'air sympa, mais qui est une salope

➢ Je n'aime pas cette expression, mais c'est un bon exemple

Elle rentrent dans la maison des Young. Susan pose son plat et rejoins les filles

➢ Je suis en retard

➢ Salut, Susan

Susan regarde la chaise ou Mary Alice s'installait 

Un flash-back apparais 

➢ Qu'est-ce que Karl a eu à dire pour sa défense ?

➢ Ça va vous plaire : "c'est purement sexuel"

➢ Chapitre premier du manuel du mari infidèle

➢ Après, il a pris un air inspiré et il a dit : "La plupart des hommes vivent leur désespoir en silence"

➢ Tu l'as frappé ?

➢ J'ai répondu : "Et les femmes, leur extase sont à tue-tête ?"

➢ Bien envoyé

➢ Il aurait pu choisir quelqu'un d'autre. Je l'ai invité à un brunch chez moi !

➢ Ma grand-mère disais : "Rien n'est plus ingrat, qu'un penis en érection"

➢ Les flasques ne valent pas mieux

➢ J'ai acheté un fusil quand les conférences de Rex ont débuté, pour qu'il sache que sa femme aimante avait un fusil chargé

➢ Lynnie, Tom voyage beaucoup. Ça ne t'inquiète pas ?

➢ Par pitié ! Trois grossesse en quatre ans. Je rêve qu'il aille voir ailleurs !

➢ Susan, il compte la larguer ?

➢ Je n'en sais rien. Excusez-moi, c'est juste que... Je ne sais pas ce que je vais devenir

➢ Écoute-moi. Il nous arrive à toutes de toucher le fond. En fessant face, on se découvre une force insoupçonnée

Le flash-back se termine 

➢ Susan ! Paul veut qu'on aille vendredi trier ses affaires et faire des cartons. Il ne se sent pas de le faire seul 

➢ Oui, ça me va

➢ Tu te sens bien ?

➢ Oui... Je suis en colère. Mary Alice aurait dû nous parler de ses soucis, nous laisser l'aider

➢ Quel genre de soucis ? Elle était en bonne santé, une maison, une famille. Sa vie était...

➢ À l'image de la notre

➢ Si Mary Alice n'allait pas bien, on l'aurait su. Elle vivait à quelques mètres de chez nous

➢ Elle s'est suicidé. Il y avait forcément un problème

La camera s'éloigne en montrant Paul derrière un mur en écoutant la conversation

----- ----- -----

Plus tard, Susan vois un homme se servir dans son plat de macaronis

➢ N'en mangez pas 

➢ Pourquoi ? 

➢ C'est moi qui l'ai fait. Croyez-moi

Il s'apprête à manger une bouchée 

➢ Vous voulez mourir ? 

➢ Je refuse de croire qu'on puisse rater un gratin de pâtes

Il mange la bouchée sur la fourchette

➢ C'est pas vrai... Comment avez-vous... C'est à la fois brûlé et pas cuit

➢ On me le dis souvent. Tenez

Susan lui tend une serviette et il recrache la bouchée

➢ Merci. Je suis Mike Delfino. Je loue la maison des Sim

➢ Susan Mayer. J'habite en face

➢ Mme Huber m'a dit que vous illustrez des livres pour enfants

➢ Je suis connu pour les moins de cinq ans et vous ?

➢ Je suis plombier. Si vous avez quelque chose à déboucher... ou quoi que ce soit

Susan se met à rire nerveusement

➢ Ils ont tous compris que j'avais fait un plat, alors je peux le jeter

Julie lance un regard vers Susan et Mike. Susan s'éloigne avec le plat puis se retourne en lancant un regard à Mike

----- ----- -----

Martha cherche Lynette qui est en train d'allaiter Penny

➢ Tout doux, la sangsue

➢ Lynette ! Je vous ai cherché partout. Savez-vous ce que font vos fils ?

Lynette vois ses fils en maillot de bain dans la piscine

➢ Qu'est-ce que vous faites ? C'est un enterrement !

➢ Tu nous as dit d'aller dans la piscine

➢ J'ai dit : "près de la piscine". Vous êtes en maillot ?

➢ On les a mis ce matin

➢ C'est un coup montés ? Très bien, sortez de là !

➢ Non !

➢ Comment ça ? Je suis votre mère, vous devez m'obeir 

➢ On est dans l'eau et tu nous y empêchera pas !

Lynette regarde autour d'elle les invités, les garçons croisent les bras en la regardant. Elle donne au prêtre Penny

➢ Tenez

Elle entre dans la piscine habillé

➢ Sortez ! Vous croyiez que je ne viendrais pas ? Revenez ! Donne-moi ton bras. Monte les marches. Et que ça saute !

Elle attrape les bras des deux jumeaux et sors avec eux. Elle se retourne et lance un regard à Parker

➢ Sors ! Tout de suite !

Elle reprend Penny dans ses bras et s'avance vers Paul

➢ Paul, nous devons rentrer. Toutes mes condoléances. On y va !

➔ Lynette n'avait pas à s'inquiéter pour mon mari. Il avait autre chose en tête. Des choses enfouies 

Paul fixa le fond de la piscine

----- ----- -----

Banlieue de Wisteria Lane - jour

➔ Le lendemain de mon enterrement, mes amies retournèrent tranquillement à leurs vies trépidantes. Certaines à leurs cuisine. Leur ménage ou leur yoga. D'autres à leur devoirs 

Un ballon volent au dessus de la maison de Mike

➢ Bonjour. Je suis Julie. Mon ballon est dans votre jardin

➢ Allons le récupérer

Mike lance un regard à son chien

➢ Pas bouger

Plus tard, Julie est dans le salon avec sa mère qui est en train de colorier

➢ Sa femme est morte il y a un an et il a quitté Los Angeles. Il est locataire, mais veut acheter

➢ Tu as sonné chez lui !

➢ Je vous ai vus, hier. Vous aviez l'air de vous plaire. Il est célibataire, tu peux attaquer

➢ J'aime bien, M. Delfino. Mais je ne suis pas sur d'être prête à fréquenter des hommes

➢ Il le faut. Quand as-tu fait l'amour pour la dernière fois ?

Susan s'arrête soudainement de colorier et regarde Julie

➢ Ma question te fâche ?

➢ Non, je réfléchis. Je ne veux plus parler de ça avec toi

➢ J'aurais rien dit, mais...

➢ Quoi ?

➢ La copine de papa lui a demandé si tu avais eu d'autres hommes et papa a répondu qu'il en doutait. Ça les a fait rire

Susan se retourne en regardant Julie

----- ----- -----

Plus tard, Susan arrive devant la porte de Mike avec une plante dans la main

➢ Salut, Susan

➢ Bonjour, Mike. J'ai un cadeau de bienvenue. J'ai un peu retarder, mais... 

➢ Vous êtes ma première visite

➢ Ah oui ?

➔ Susan etait chanceuse. Un célibataire s'installait dans sa rue et elle arrivait la première. Cela dit, les bonnes nouvelles... 

Edie s'approche de la maison de Mike avec un plat 

➢ Bonjour

➔ ... se repand vite. Edie Britt était une prédatrice redoutée à cinq rues à la ronde. Ses conquêtes étaient nombreuses... variées... et légendaire 

➢ Bonjour, Susan. Je ne vous dérange pas ?

Elle retire ses lunettes de soleil et regarde Mike

➢ Vous devez être Mike Delfino. Edie... Britt. J'habite juste là. Bienvenue dans Wisteria Lane

➔ Susan découvrait sa rivale. Et elle avait le visage d'une garce 

➢ Merci, Edie. Qu'est-ce que c'est ?

➢ Des saucisses puttanesca. Un petit plat rapide

➢ Merci, Edie. C'est super. Je vous ferais bien entrer, mais je suis occupé

➢ Je venais juste vous saluer

➢ J'ai un rendez-vous

➔ La compétition pour Mike Delfino était lancée. Susan se demanda si la compétition avec Edie allais rester amicale 

➢ Il paraît que vous êtes plombier ?

➔ Mais en matière d'homme... 

➢ Oui

➢ Pourriez-vous venir inspecter ma tuyauterie ce soir ? 

➔ ... les femmes sont sans pitié 

➢ D'accord 

➢ Merci. Salut, Susan 

Les deux femmes s'éloignent

----- ----- -----

Maison des Solis - jour

➢ Tu me traite comme une enfant !

➢ Gabrielle

➢ Non, je n'irai pas !

➢ C'est pour mon travail. Tanaka a invité toutes les épouses

➢ Il n'arrête pas de me mettre la main au fesses

➢ Il m'a rapporté deux cents mille dollars l'an dernier. Il peut bien te mettre la main au fesses

Carlos sors dehors et interpelle leur jardinier, John

➢ John !

Il prend peur et se pique le doigt avec une épine

➢ M. Solis ! Vous m'avez fait peur

➢ Cette haie devait être arraché

➢ Je n'ai pas eu le temps

➢ Je ne veux pas le savoir. Faites-le !

Gabrielle sors sur le palier

➢ Ta façon de me parler est ignoble

➢ C'est ignoble de dépenser quinze mille dollars dans un collier dont tu ne pouvais pas te passer mais je fais avec. Alors ? Je peux dire à Tanaka que l'on vient ? 

Gabrielle se tourne vers John

➢ John, les pansements sont dans la cuisine

➢ Merci, Mme Solis

Il passent devant eux en montant les escaliers 

➢ D'accord, je viendrais. Mais je ne decollerai pas du mur de toute la soirée

➢ Tu vois, c'est ça, le mariage : l'art de faire des concessions

Gabrielle rentre à l'intérieur et s'approche de John qui se met un pansement

➢ Comment va ce doigt ?

➢ Ça va, c'est superficiel 

➢ Montrez-moi 

Gabrielle regarde son doigt l'embrasse et se jete dans les bras de John en l'embrassant. Elle lui soulève son tee-shirt mais il s'éloigne 

➢ Vous savez, Mme Solis... J'aime bien m'amuser avec vous. Mais j'ai du travail et je tiens à mon emploi 

Gabrielle retire son chemisier en laissant apparaître son soutien-gorge et se place vers la table du salon

➢ Cette table à été sculptée à la main. Carlos l'a fait venir d'Italie. Elle lui a coûté vingt-trois mille dollars 

➢ Vous voulez faire ça sur la table ? 

➢ Absolument 

Elle lui retire son tee-shirt, John la soulève et la pose le dos sur la table en l'embrassant 

----- ----- -----

La famille Van de Kamp est attablés en silence avec un fond sonore 

➢ On ne mange jamais de la soupe normale 

➢ Le velouté de basilic n'a rien d'anormal 

➢ Fais-nous une soupe qui existe. À l'oignon ou au poireau

➢ Ton père est allergique aux oignons. Ça le tuerait. Quant aux poireau, je ne veux même pas y penser. Alors, cet osso-buco ? 

➢ Pas mal

➢ Pas mal ? Andrew, j'ai passé trois heures à le préparer. Tu sais ce que je ressens quand tu dis "pas mal" sur ce ton ?

➢ Qui t'a dit de passer trois heures aux fourneaux ?

➢ Pardon ?

➢ La mère de Tim Harper ouvre une boîte de saucisses et ils mangent. Tout le monde est content

➢ Tu préférerais des saucisses en boîtes ?

➢ Excuse-toi, je t'en supplie

➢ On peut pas manger de la bouffe plutôt que de la gastronomie ?

➢ Tu prends de la drogue ?

➢ Quoi ?

➢ Les sautes d'humeur sont un signe et tu es infernale depuis quelques mois. Et tu passes un temps fou à la salle de bain 

➢ Ce n'est pas ce qu'il y fait

➢ La ferme ! Maman, c'est pas moi qui ai un problème. Tu veux avoir le titre de la meilleur ménagère du pays

➢ Rex, en tant que chef de famille, dis quelque chose

➢ Passe-moi le sel

Bree reste figé et Danielle donne le sel à Rex 

----- ----- -----

Supermarché de Fairview - jour

➔ Trois jours après mon enterrement, Lynette remplaça son chagrin par une émotion bien plus utile :   l'indignation 

Lynette est au téléphone avec Tom

➢ Tom, c'est mon cinquième message et tu n'as toujours pas rappelé. Tu dois t'amuser en voyage d'affaires. Je ne peux qu'imaginer

Les jumeaux s'éloigne avec un caddie

➢ Tu sais, les enfants et moi, on aimerait bien s'amuser. Rappelle moi avant midi, ou on prend l'avion pour venir te rejoindre

➢ Maman !

➢ Pas maintenant, maman menace papa

➢ Maman !

➢ Non, je... Ou sont tes frères ?

Les jumeaux sont dans un rayon et remplis le caddie

➢ Des pâtes, j'adore !

Lynette cherche les jumeaux dans un rayon et arrive devant une ancienne collègue de travail

➢ Lynette Scavo !

➢ Merde... Nathalie Klein ? C'est dingue, ça !

➢ Ça fait longtemps

➢ Des années ! Comment ça va ? Et la société ?

➢ Bien. Tu nous manques. De l'avis général, si tu étais restée tu serais notre PDG

➢ Eh oui...

➢ Alors, la vie de femme au foyer se passe bien ? C'est pas génial d'être maman ? 

➔ Et voilà : la question que Lynette redoutait toujours 

➢ En toute franchise...

➔ Ceux qui la posaient n'attendaient qu'une seule réponse. Donc, comme toujours, Lynette mentit 

➢ C'est le meilleur travail du monde

Derrière elle les jumeaux pousse un cadis qui atterris sur une vieille dame et la fait basculer en avant

----- ----- -----

John et Gabrielle sont allongés dans un lit

➢ Je ne comprend pas

➢ Quoi ?

Gabrielle prend une cigarette et l'allume 

➢ Pourquoi vous avez épousé M. Solis ?

➢ Il a juré de me donner tout ce que je voulais

➢ Il a tenu sa promesse ?

➢ Oui

➢ Pourquoi n'êtes-vous pas heureuse ?

➢ Il se trouve que je ne voulais pas ce qu'il fallait

➢ Vous l'aimez ?

➢ Oui

➢ Alors qu'est-ce qu'on fait ici ? A quoi on joue ?

➢ Je ne veux pas me lever un matin et me tirer une balle dans la tête

Elle l'embrasse puis fume sa cigarette

➢ Je peux ?

➢ Pas question ! Tu es bien trop jeune pour fumer

Elle l'embrasse de nouveau

----- ----- -----

Susan se regarde devant un miroir pendant que Julie fais une construction avec des bâtonnets 

➢ Ça te gênerait que je dépense ta pension alimentaire en chirurgie plastique ?

➢ Relaxe. Tu lui propose juste un dîner, c'est rien

➢ Tu as raison. Tu fais ça pour l'école ? En CM1, j'ai fabriqué une maison blanche en morceaux de sucre 

➢ Arrête de perdre ton temps et vas-y, avant qu'il décide qu'il a mieux à faire 

➢ Pourquoi je me suis battue pour avoir ta garde, déjà ? 

➢ Pour faire du mal à papa 

➢ Ah, c'est vrai 

Susan se dirige vers la porte

➢ C'est pas vrai ! 

Susan toque a la porte de chez Mike 

➢ Bonsoir 

➢ Bonsoir, Susan

➢ Je vous dérange ? 

➢ Non. Est-ce que ça va ? 

➢ En fait, je me demandais si... Si, éventuellement, vous... Je voulais savoir si... 

Edie arrive derrière Mike 

➢ Edie ! 

➢ Salut, Susan 

➢ Qu'est-ce que tu... 

➢ J'ai vu large en faisant le dessert, alors j'en ai apporté à Mike. Est-ce que ça va ? 

➢ Susan avait une question 

➢ Un évier à déboucher 

➢ Quoi ? 

➢ Vous êtes plombier, non ? 

➢ Oui

➢ J'ai un évier à déboucher 

➢ Ça n'a rien d'extraordinaire. Je prends mes outils 

➢ Maintenant ? Vous venez maintenant ? Vous avez de la visite 

➢ Ça ne me dérange pas 

➢ J'arrive dans deux minutes 

Mike referme la porte, Susan cours chez elle. Avec l'aide de Julie elles essaie de boucher l'évier 

➢ Voilà, bourre-le de cheveux 

➢ Ça se bouche pas 

➢ Tiens, du beurre de cacahouètes. De la graisse de cuisson

➢ Maman 

➢ Des olives 

➢ Ça marche pas, je te dis ! 

Mike sonne chez les Mayer 

➢ C'est lui ! Comment vais-je boucher cet évier ? 

Susan se retourne et regarde la construction de Julie. Plus tard, Mike est dessous l'évier 

➢ Voici votre problème. Quelqu'un a mis des bâtons d'esquimaux la-dedans 

➢ J'ai pourtant interdit à Julie de jouer ici. Les enfants vous savez... 

Julie descend les escaliers, Susan lui lance un regard de compassion 

----- ----- -----

Restaurant - Saddle Ranch. La famille Van de Kamp sont assis à une table 

➢ Je passe vos commandes et je reviens avec vos boissons et des assiettes 

➢ Merci 

➢ Andrew, Danielle. Vos serviettes 

➢ Ils ont des jeux vidéo. On peut aller jouer en attendant ? 

➢ Andrew, on est en famille. On devrait... 

➢ Allez jouer 

Andrew et Danielle s'éloigne de la table 

➢ Tu me crois furax d'être ici, mais pas du tout. Les enfants et toi aviez envie de varier. Je comprends. Demain soir, on mangera plus sain. J'ai prevu une saltimbocca de poulet 

➢ Je veux divorcer. Je ne supporte plus de vivre dans une publicité pour lessive 

➢ Le buffet est là-bas. Allez vous servir 

➢ Merci

➢ Je vais te chercher une salade 

Bree prend l'assiette de Rex et s'éloigne. Elle passe devant une table où Martha Huber est installés. Elle suis Bree jusqu'au buffet

➢ Bree Van de Kamp !

➢ Bonjour, Mme Huber

➢ Nous n'avons pas discuté à l'enterrement. Comment allez-vous ?

Bree met des oignon dans la salade de Rex sans s'en rendre compte

➔ Bree mourait d'envie de lui faire part de la trahison de son mari. Mais, malheureusement, elle n'acceptait pas la défaite 

➢ Super. La vie est belle

Bree met de la sauce dans la salade et reviens au près de Rex

➢ Je t'ai pris la vinaigrette à la moutarde. La "ranch" n'était pas très appétissante

Rex commence à manger et Bree coupe des tranches de pain

➢ On va en discuter ?

➢ Si tu crois que je vais parler de la fin de mon mariage dans un lieu où l'on va au WC pour "mecs" ou "nanas", tu délires

Rex commence à se sentir pas bien

➢ C'est quoi ?

➢ Comment ça ? C'est de la salade

➢ Avec des oignons ?

➢ Pardon ?

➢ Tu m'a servi des oignons !

➢ Mais non

Rex attrape la nappe de la table et s'évanouit par terre

➢ Attends...

Bree regarde Rex choqué

----- ----- -----

Zachary se réveilla en sursaut dans son lit. Il se lève, met ses lunettes et regarde par la fenêtre 

➔ Le bruit qui avait réveillé mon fils, il ne l'avait entendu qu'une seule fois, il y a des années, alors qu'il était petit 

Zachary marche dans le jardin

➔ Mais il le reconnut immédiatement 

Zachary s'approche de la piscine vide et vois Paul entrain de creuser dans la terre avec une pioche

➔ C'était le bruit d'un secret de famille 

Paul se retourne, regarde Zach et se remet à piocher

----- ----- -----

Wisteria Lane - jour

➔ Sept jours après mon enterrement, la vie dans Wisteria Lane avais repris son cours normal. Pour certaines de mes amies, c'était regrettable 

Penny joue avec une cuillère et Lynette se retrouve couverte de compote 

➢ Maman !

➢ Quoi encore ? 

➢ Papa est rentré !

Tom entre dans la maison avec les deux autres garçons dans ses bras

➢ Il y a quelqu'un ?

➢ Je t'attendais dans huit jours

➢ Je retourne à Saint Francisco demain mais sur ton message, tu semblait à bout

Ils s'embrassent 

➢ Ça a été un peu dur

➢ Tu as un peu de pêches...

➢ T'a rapporté des cadeaux ?

➢ Des cadeaux... Attends, je réfléchis

Tom se retourne et sors de son sac un ballon de football américain, les garçons se met à crier de joie

➢ Mais vous l'aurez uniquement si vous sortez et que vous vous entraîner pendant vingt minutes, c'est juré ?

➢ Oui !

➢ Dehors, les jeunes ! Qui est démarqué ? Allez, cours !

Plus tard, Tom ouvre la chambre en embrassant Lynette

➢ Oh mon dieu !

Il pose Lynette sur le lit et s'apprête à faire l'amour

➢ Tu plaisantes. Je suis épuisée, moche et couverte de peches

➢ J'ai trop envie de toi

➢ Je peux attendre que ça se passe ?

➢ Pas de problème

Ils s'embrassent

➢ Je t'aime

➢ Je t'aime plus

➢ J'allais oublier ! J'ai eu un souci. On m'a arrêté la pilule, tu dois mettre un préservatif

➢ Un préservatif ? C'est pas grave, on prend le risque

➢ On prend le risque ?

➢ Oui

Lynette lui donne un poing dans la figure et il tombe sur le côté du lit

----- ----- -----

Bree est dans la chambre d'hôpital ou est allongés Rex

➢ Tu as tenté de m'assassiner 

➢ Je m'en veux beaucoup. Je t'ai dit. Mme Huber m'a distraite. C'était une erreur 

➢ Toi, faire une erreur ?

➢ Tu insinue quoi ?

➢ J'insinue que j'en ai marre que tu sois toujours parfaite. Que tes cheveux reste bizarrement figés. Que tu fasses le lit avant que j'aille au WC. Tu es une femme au foyer en cire qui brandit ses perles et sa spatule en disant : "On doit un dîner aux Henderson". Ou est la femme que j'aimais ? Celle qui brûlait le pain et buvait son lait à la brique ? Celle qui riait ? J'ai besoin d'elle. Pas de la chose froide et parfaite que tu es devenue

➢ Je vais changer l'eau des fleurs

Elle prend le vase et le remplis d'eau dans la salle de bain. Puis se met à pleurer

➔ Bree sanglota en silence pendant cinq minutes. Mais son mari n'en sut jamais rien, puisque lorsque finalement, elle réapparu... elle était parfaite 

Bree sort de la salle de bain avec un sourire au levres

----- ----- -----

Carlos regarde l'herbe du gazon et Gabrielle le rejoins en robe de soirée 

➢ J'ai mes boucles d'oreilles. On y va

➢ John est venu ?

➢ Oui

➢ La pelouse n'est pas tondue. Ça suffit. On prend un vrai jardinier

➢ Pourquoi ?

➢ Tu es sourde ? Il ne fait pas son travail

➢ Il fait nuit. Tu ne vois pas bien

➢ Il n'a pas tondue. Touche

➢ Pas question ! On y va. Allez, on est en retard

Ils arrivent à la soirée chez Tanaka. Carlos jete ses clés de voiture au voiturier

➢ Prenez-en soin

➢ Oui, monsieur

Carlos et Gabrielle avancent dehors

➢ Tanaka est là. J'entame le numéro de charme

➢ Bonne chance, chéri

Il s'éloigne et Gabrielle s'avance vers un serveur

➢ Excusez-moi. L'homme qui s'éloigne, assurez-vous qu'il ait à boire toute la nuit

Elle glisse un billet dans sa veste 

➢ Oui, madame

Gabrielle s'éclipse de la soirée. Elle arrive chez elle. La porte du garage s'ouvre, elle sors la tondeuse. La démarre et tonds la pelouse. Elle revient à la soirée, vois Carlos boire des verres avec plusieurs hommes. Gabrielle touche sa frange et prend une feuille accrochés dans ses cheveux et la retire. Le lendemain, Carlos sors de la maison et marche dans le gazon. Il s'accroupis et touche avec ses mains. Se relève et s'éloigne sous le regard de Gabrielle qui se met à souffler

----- ----- -----

Susan est au supermarché et croise Martha

➢ Susan ?

➢ Mme Huber, vous allez bien ?

➢ Je crains que non. J'ai très mal au ventre

➢ Des brûlures ?

➢ Oui. Un gratin de pâtes qui ne passe pas depuis l'enterrement

➢ Oh

➢ Je ne peux pas être malade, je garde le fils de Edie ce soir

➢ Toute la nuit ?

➢ Il semble qu'Edie reçoit un ami pour le dîner. Elle a prévu de le garder jusqu'au petit matin. Si vous me suivez... Un pansements gastrique, vous connaissez ? 

Susan s'éloigne de Martha avec son caddie. De retour chez elle, elle discute avec Julie 

➢ J'y crois pas. C'est impossible. Mike ne préfère pas Edie à moi

➢ Tu ne sais pas, c'est peut-être un simple dîner 

Susan s'arrête de faire les cent pas et regarde Julie 

➢ Tu as raison, ils vont le faire 

Plus tard, Susan s'approche de la maison de Edie avec un bol doseur dans la main

➢ Edie ? 

N'entendent aucune réponse, elle passe par une porte de derrière et arrive vers les autres portes donnant dans le salon 

➢ Edie ?

Elle ouvre la porte et entre dans le salon 

➢ Il y a quelqu'un ? Je viens emprunter du sucre

Une musique d'ambiance retenti, elle vois des vêtements éparpillés et entend des cris d'amour

➔ En un clin d'œil, l'espoir que nourrissait Sudan, l'option Mike Delfino, disparu à jamais 

Susan fait tomber sur le sol le bol doseur 

➔ Et bien que dans une situation délicate, Susan prit un instant pour faire son deuil 

Elle jete un habits par dessus son épaule et une bougies tombe en arrière en fessant brûler les rideau. Elle se retourne et commence à paniquer. Elle prend les deux verres de vin et les verse sur le feu, les flamme deviennent plus grandes. Elle prend un pantalon et le secoue sur la flamme

➔ Susan comprend assez vite que cette nuit s'annonçait mal 

Le pantalon se mit à brûler et elle le jeta sur la petite table basse

➢ Il y a quelqu'un ?

L'alarme incendie se declanche

➢ On dirait de la fumée !

Susan s'éclipse de la maison en courant en laissant son verre doseur au sol

Plus tard, les pompiers arrive sur les lieux et propulse un grand jet l'eau sur la maison. Edie regarde sa maison brûlé

➢ C'est pas vrai !

Martha discute avec une voisine 

➢ Des bougies laissés à brûlée. Elle a eu de la chance, elle aurait pu mourir

Susan arrive sur les lieux et rejoins les filles 

➢ Elle est sortie nue. Elle s'envoyait en l'air quand le feu a pris

➢ Et le gars ?

➢ Il a inhalé de la fumée, il est à l'hôpital

➢ Susan, est-ce que ça va ? Tu as une sale mine

➢ Ça va très bien. J'ai de la peine pour Edie 

➢ T'inquiète pas pour elle. C'est une femme forte

➢ Elle se relèvera. Elle survivra

➢ Comme nous toutes. On y va

Les filles s'éloignent et Susan reste devant l'incendie. Mike arrive à côté d'elle

➢ Qu'est-ce qui s'est passé ?

➢ Mike !

➔ Il etait là, tel le phénix qui renaît de ses cendres 

➢ Je vous croyais... Vous étiez où ? 

➢ Au cinéma. C'est chez Edie ? 

➢ Oui, mais elle va bien. Tout va bien 

➔ Et voilà, Susan était heureuse. La vie regorgeait soudain... d'espoir. Et de quelques surprises imprévues

Mike rentre chez lui, appelle Noah en regardant la maison de Edie brûlé 

➢ Allo ?

➢ C'est moi

➢ Tu as quelque chose ?

➢ Pas encore, mais t'inquiète pas. Ça se précise

La camera descend en montrant Mike qui sors un pistolet et le pose sur la table

----- ----- -----

Les filles sont réunis dans l'allée de la maison des Young 

➢ J'ai apporté du champagne. On pourrais porter un toast

➔ Le lendemain, mes amies vinrent ranger mes vêtements, mes affaires personnelles et les derniers vestiges de ma vie 

➢ Levons nos verres. Mary Alice, notre amie et voisine, où que tu sois, nous espérons que tu es en paix 

➢ A Mary Alice

Elles trinquent et boivent leurs verres

➢ La vie continue

➢ Vous avez vu ses vêtements ? Elle portait du quarante. Elle disais qu'elle faisais du trente-huit 

Gabrielle fait tomber un papier en prenant un pantalon du carton 

➢ Son armoire à révéler un grand secret 

➔ Patience, Gabrielle. Patience 

Bree remasse le papier par terre 

➢ C'est quoi ?

➢ Une lettre adressé à Mary Alice

➔ C'est ironique : après tant d'efforts déployés pour garder le secret, quel légèreté ! 

➢ Que fais-tu ? C'est personnel

➢ Elle est ouverte, c'est pas grave

Gabrielle ouvre la lettre et commence à la lire et la donne à Susan. La camera montre la lettre ou est écrit : "Je sais ce que tu as fait. Ça me dégoute. Je vais le dire" 

➢ Qu'est-ce que ça veut dire ?

➢ Regardez le cachet

➢ Elle l'a reçu le jour de sa mort

➢ C'est pour ça qu'elle...

➔ Désolé les filles. Je ne voulais pas vous importuner avec tout ça 

➢ Mary Alice, qu'est-ce que tu as fait ?

La camera se suréleve et montre les filles devant la maison des Young 

Comments

  • No Comments
Log Out?

Are you sure you want to log out?